OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bonjour à tou.te.s,

Nous voici à l’orée de la cinquième semaine de confinement, et comme je ne souhaite pas rajouter ma pincée de sel aux torrents angoissants de l’information (d’ailleurs c’est fini depuis bien longtemps pour moi de consulter l’actualité au jour le jour concernant la situation), je n’y ferai que très peu allusion lors de cet article.

De mon côté je suis dans une période de créativité assez intéressante, et ce n’est pas peu dire puisque comme souvent c’est un peu la roulette russe, ça ne vient pas à tous les coups.

Mais en ce moment je suis plutôt hyperactive de ce côté-là, et plus particulièrement c’est surtout la photographie qui m’anime à l’instant (alors qu’il y a deux semaines c’était la couture, allez savoir pourquoi?!).

Et finalement j’ai remarqué des similitudes entre d’autres périodes de grande productivité, comme avec le challenge Inktober dont je vous avais déjà parlé ici.

Il s’avère souvent que la contrainte m’inspire, me canalise dans le flot de mes idées, et que ça soit à propos d’un thème très spécifique, ou bien le fait de devoir faire avec les moyens du bord à la maison, cela peut donner lieu à de nouvelles expériences.

Et l’inspiration dans tout cela?

Oui parce qu’avec la fermeture des espaces culturels, le fait de devoir rester entre 4 murs, avec pour seule perspective de voyage le plein de course hebdomadaire, on pourrait se dire que c’est assez limité !

Alors bien sûr il y a toujours des fidèles supports sagement rangés dans nos placards : nos livres préférés (ou encore vierges d’opinion), les DVD des films qui nous ont marqués pour leurs histoires, leurs photographies ou simplement pour des raisons sentimentales, nos photos remplies de souvenirs classées ou non dans des albums… Finalement toutes ces richesses dont on dispose finalement toute l’année, mais pour lesquels on ne prend pas toujours le temps.

Et puis évidemment on peut dire que nous vivons une époque certes angoissante et terrible pour plein d’aspects, mais avec à notre disposition un outil incroyable et une source originale d’inspiration : internet !

Alors évidemment ce n’est pas forcément la meilleure solution de passer ses journées derrière son écran, mais cette période de fortes contraintes a repoussé les limites de la créativité pour beaucoup, et de nombreuses superbes initiatives pullulent.

Parmi celles-ci, je suis particulièrement ravie de voir autant l’Art mis en avant, que ce soit par des challenges photographiques ou bien des newsletters de qualité

Et c’est d’ailleurs comme cela que j’ai découvert une chose incroyable (et sûrement bien trop tard), mais de nombreux Musées du monde entier proposent un catalogue en ligne de leurs oeuvres en Haute-Qualité !

Alors pourquoi pas se perdre un peu et redécouvrir des chefs-d’oeuvre oubliés, apprécier en détail un tableau ou un objet, et préparer ses prochaines visites une fois toute cette histoire terminée?

Il y a l’embarras du choix, avec les Musées de Paris, l’Art Institut of Chicago, le Museo del Prado de Madrid, le MET de New York, la National Gallery de Washington, ou le J. Paul Getty Museum …etc

Certains Musées comme le Rijksmuseum d’Amsterdam proposent même de pousser l’expérience en invitant le public à télécharger les oeuvres numérisées pour se les approprier, en encourageant les productions artistiques ou même des déclinaisons ordinaires (coques de téléphone, couverture de cahier…), et ainsi faire fleurir l’Art un peu partout.

C’est ainsi que j’ai trouvé mon bonheur pour terminer le montage photo de cet article avec l’oeuvre River view by moonlight, de Aert van der Neer.

Je vous ai d’ailleurs fait une minuscule sélection d’autres oeuvres exposées chez nos amis Flamands qui m’ont touché lors me mes recherches. 

Toute cette visite virtuelle a pu un peu étancher ma soif des expositions (d’ailleurs c’est une habitude que je tiens de ma grand-mère qui m’a aussi offert sa robe que je porte sur les photos), et le manque des visites d’Amsterdam que j’avais prévu de faire découvrir à ma Maman dans les mois qui viennent.

Je ne sais pas si vous connaissiez déjà l’existence de ces bibliothèques en ligne incroyables, et sinon j’espère que cela vous aura donné l’envie d’aller vous y balader.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Fairies’ night, Nantes, 2020
SK-A-4
The Threatened Swan (Interpreted later as an Allegory on Johan de Witt), Jan Asselijn, 1650
SK-A-26
Italian Landscape, Nicolaes Pietersz, Berchem, 1650-1683
SK-A-268
Still Life with Flowers and a Watch, Abraham Mignon, 1660-1679
SK-A-2128
Landscape by moonlight, Aert van der Neer, 1630-177
SK-A-2344
The Milkmaid, Johannes Vermeer, 1660
SK-A-3328
River view by moonlight, Aert van der Neer, 1630-1700
SK-A-3496
River view by moonlight, Aert van der Neer, 1630-1750
SK-A-5032
Monk Meditating near a Ruin by Moonlight, Frederik Marinus Kruseman, 1862
SK-C-89
Muleteers beside an Italian Ruin, Jan Asselijn, 1650
SK-C-109
Italian Landscape with a Draughtsman, Jan Both, 1650-1652
SK-C-217
St Odulphuskerk in Assendelft, Pieter Jansz. Saenredam, 1649
RP-F-2001-7-1557B-1
Lotus Flowers, Kazumasa Ogawa, 1887
SK-A-240
Marie Fargues (the Painter’s Wife), Jean-Etienne Liotard, 1756-1758

 

 

Un commentaire sur « Bienvenue au Musée »

  1. Très originale comme photo, c’est vrai que le confinement permet de faire des choses différentes. Il faut toujours essayer de trouver du positif dans toutes les situations, j’avoue aimer aussi regarder sur les réseaux sociaux l’inventivité des gens.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s