1.jpg

Bonjour à tous,

Il y a un peu plus de deux semaines maintenant, j’ai enfin pu sauter le pas et faire quelque chose qui me tentait beaucoup depuis déjà quelques mois…un stage de chapellerie !!
Et j’ai vraiment adoré l’expérience, aussi je me suis dit que d’en faire un article par ici pourrait vous donner des idées, notamment avec Noël qui approche.

J’avais repéré l’adresse de la Chapellerie Minime via leur compte Instagram, puisque j’avais vu leur proposition de « workshop » d’initiation de 3h à la fabrication d’un chapeau. Ce qui m’avait particulièrement séduite c’était tout d’abord l’idée de découvrir un métier d’Artisanat, moi qui adore les activités manuelles, et qui trouve qu’on manque parfois d’accessibilité à ces professions. J’ai aussi beaucoup aimé l’idée de pouvoir personnaliser au maximum ses créations.
J’ai donc profité d’un weekend parisien pour réserver le stage au coeur du 2ème arrondissement.

Et pour commencer le lieu en lui même fait déjà grande sensation, l’atelier est assez atypique avec un décor qui laisse son empreinte, remplie de références de Pop culture et bien évidemment de chapeaux. Il y a aussi sur place un certain nombre de créations de la maison avec des modèles tous plus fous et beaux les uns que les autres, avec notamment des qualités de feutres différentes. Il existe d’ailleurs des versions plus estivales en paille (et les stages en chapellerie correspondants si je je ne dis pas de bêtises, pour l’arrivée des beaux jours). En bref c’est une véritable caverne aux trésors.
Ensuite une fois la totalité des gens du petit groupe arrivés, nous passons à l’atelier rencontrer Jean, le super chapelier formateur.

D’ailleurs plus généralement j’ai adoré l’approche de l’équipe (il y avait des couturières en renfort pour certaines étapes de fabrication) qui met vraiment en valeur le savoir, et le savoir-faire du métier. C’est lié à plein de petites anecdotes sur l’Histoire avec les particularités de matière, ou d’ornement, de forme, ou bien même à la présentation des outils spécifiques.

Ensuite pour rentrer plus concrètement dans le vif du sujet, on commence par choisir la couleur de son feutre (ici en laine de mouton déjà préparé) parmi la sélection, puis la forme entre 4 différents modèles (et 1 supplémentaire en bonus si on a une petite tête). Et voilà déjà les premiers dilemmes, c’est sans compter sur l’entraide des autres membres du groupe avec qui l’échange est facilité par le petit nombre de participants. Tout d’abord on se concentre sur la forme de la partie haute du chapeau entre les propositions suivantes : le Trilby, le Fedora, le Canotier ou la Capeline.

On vient ensuite travailler notre feutre autour d’un moule en bois correspondant au modèle choisi, et à la taille de notre tour de tête mesuré préalablement. Cette étape est un peu sportive puisqu’à l’aide de la vapeur on va ramollir le tissu pour ensuite l’étirer et lui donner sa forme. Encore une fois pas d’inquiétude, Jean est là pour apporter son aide et son expertise en cas de besoin.

J’ai vraiment trouvé ça intéressant de pouvoir faire soi-même les gestes et « massages » de la matière, afin de toucher du doigt (ahah) l’essence de cet Artisanat.

Ensuite à l’aide de pointes, il faut ensuite fixer le feutre sur le bois au niveau de la base, afin de lui permettre de se figer avec la bonne forme une fois au four de séchage. On place ensuite les moules dans l’étuve pendant au moins 20min, afin que l’eau s’évacue du feutre et que la colle prenne le relais pour rigidifier le chapeau.

Pendant ce temps-là on peut passer à la partie décoration, avec un choix énorme de patchs brodés, tissus, cordelettes, rubans, perles, boutons, plumes et j’en passe. C’est là partie où il faut laisser parler son imagination, accorder les éléments et faire ressortir sa personnalité. Il y en a pour tous les goûts, et c’est vraiment étonnant de voir chacun faire une création si personnelle et propre à son propre style.
Moi je suis partie sur des couleurs que je porte tout le temps, ce qui fait que je pourrais porter mon chapeau à n’importe quelle occasion ou presque. J’avais envie de quelque chose d’un peu magique et j’ai surtout eu la chance d’être inspirée par les éléments sur place.
Une fois le chapeau sec, on le démoule et vient ensuite le moment de coudre le tour de tête interne, celui qui permet de garder son chapeau trèèès longtemps. Là encore pas de panique, on nous guide tout le temps pour éviter d’avoir un accident de machine à coudre.

Après ça on utilise l’outil spécifique pour couper net le bord, à la longueur souhaitée (pour information, le mien a un bord de 8,5cm). C’est à ce moment qu’on peut choisir d’avoir un bord long ou court, tout en essayant pour savoir ce qui nous va le mieux.

La dernière étape c’est l’assemblage des éléments pour la personnalisation avec le tour de chapeau extérieur et les éléments à coudre ou coller.
Et voilà !

J’étais et je reste ravie de l’expérience, et je suis trop fière de mon chapeau (qui est le plus beau des chapeaux).

D’ailleurs, pour ceux/celles qui voudraient quand même un chapeau personnalisé, mais qui n’auraient pas la possibilité/l’envie de se déplacer ou de faire le stage d’initiation, la Chapellerie propose également un service de réalisation sur mesure d’après un formulaire type très semblable au déroulement que je viens de vous expliquer.

Autre point positif, les cours peuvent être dispensés en français ou en anglais (voir les deux en même temps). Il se trouve qu’on avait Aggie, une anglophone parmi nous, et elle a pu suivre le stage exactement au même rythme donc c’est vraiment bien prévu.

Pour ma part je trouve que c’est aussi une bonne alternative aux cadeaux « matériels » habituels, puisque là c’est aussi tout une expérience à vivre, avec le bonus de repartir avec sa création. Je trouve ça génial d’avoir la possibilité d’offrir à quelqu’un du temps de qualité, une activité nouvelle, ou un souvenir particulier, c’est vraiment une attention que je trouve vraiment personnelle.


En ce qui concerne le rapport qualité/prix,  pour moi il est imbattable, sachant qu’on trouve des couvres-chefs de bonne qualité à ces prix-là (95€) déjà existants dans le commerce. (Je pense à la marque Lack of Color ou aux sublimes chapeaux de chez Fringe and Frange par exemple).

J’espère que cet article vous aura plu, et vous aura donné des idées. Pour ma part je n’ai qu’une envie c’est d’y retourner!!

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un commentaire sur « La Chapellerie Minime / idée cadeau #1 »

  1. L’idée d’avoir un chapeau unique est géniale. Dommage de devoir aller sur Paris pour participer à un tel atelier. Le résultat est super en tous les cas, en plus tu as de la chance d’avoir une tête à chapeau.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s