Bonjour à tous,

Malgré une semaine bien trop chargée, trop stressante et un peu grise, je souhaite quand même partager avec vous les 3 petites pépites qui m’ont permis de souffler !

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

1- Tout d’abord, vous l’aurez sûrement compris (notamment à cause de mes 2 derniers articles Voyage), en ce moment je suis particulièrement nostalgique de la fièvre ressentie lors de la découverte de nouvelles villes.

Heureusement pour soigner mon mal, j’ai tout un tas de chouettes photos qui me rappellent de très beaux moments (et très souvent bien accompagnée!). Or cette semaine, un de mes grands plaisirs a été de me replonger dans les photos de l’été dernier aux USA. Je sais que le Doc est aussi sentimental à ce sujet, et c’est d’ailleurs pour cela que je lui avais offert un album photo imprimé d’une sélection de mes plus beaux clichés.

J’avais d’ailleurs adoré faire la mise en page sur Photobox, et le résultat ne m’a pas déçue loin de là!! J’étais tellement pressée de le voir ouvrir son paquet pour Noël…

4.jpg

2- Bon vous l’avez compris je n’ai pas commencé la semaine dans le meilleur des états d’esprit, et j’avais besoin d’être accompagnée d’un petit peu de douceur et surtout pas mal de Feel Good.

D’ailleurs comme je travaille de chez moi j’ai tendance à toujours avoir un fond sonore pour me tenir compagnie (Polka n’est pas très bavarde), que ce soit un film, une série, ou bien des émissions de podcast. Du coup je consomme souvent beaucoup de contenu par semaine, mais ça me nourrit tellement!

Et pour le coup j’étais un peu en panne d’inspiration, j’ai donc décidé de revisionner la géniale série Sex Education de Netflix. Cela a aussi été l’occasion de la montrer à ce cher Doc, auprès duquel j’avais déjà chanté les louanges de cet ovni audiovisuel.

C’est l’histoire d’Otis, un lycéen lambda qui se trouve aussi être le fils d’une sexologue, ce qui ne rend pas forcément plus facile ses relations sociales. Il dispose néanmoins d’une éducation et d’une ouverture d’esprit inhabituelle surtout au lycée. Il y rencontre Maeve, qui découvre par hasard ses talents de thérapeute sexuel pour adolescent. Elle finit donc par organiser clandestinement au sein de leur établissement des séances de thérapie sexuelle. Consentement, Plaisir, RevengePorn, Confiance en soi, Avortement, Homosexualité, Harcèlement, et encore bon nombre de sujets y sont abordés avec finesse et intelligence. Et ça fait du bien !! Les personnages ne sont globalement pas caricaturaux et il y a une vision très positive de la sexualité des femmes (une fille peut avoir une libido développée, la femme mûre qui a une sexualité épanouie, le plaisir féminin qui n’est pas relégué sur un plan secondaire…etc).

Et même si je l’avais déjà visionné d’une traite à sa sortie, c’est-à-dire ce même mois, j’ai pris vraiment beaucoup de plaisir à tout revoir.

Mon premier binge-watching avait d’ailleurs donné lieu à la rédaction d’un avis à chaud sur la plateforme TVshowtime (qui est surtout la plateforme qui me sert à noter à titre personnel mon avancement dans les épisodes des séries pour ne pas me perdre). J’y avais noté pour l’occasion :

« Elle est formidablement bien faite. Les personnages sont assez bien pensés et c’est hyper cool d’intégrer l’aspect psychologique dans la représentation du sexe!! Trop à dire, je suis dans la réflexion depuis que j’ai fini pour me repasser en quoi tout plein de détails sont géniaux… ».

Et pour revenir brièvement sur cette critique, je souhaiterais même y ajouter que cette série est pour moi d’utilité publique. Elle aborde sans tabou ni idéalisation des questions intimes et pourrait se révéler être un formidable outil pour aborder des sujets autour d’une sexualité positive avec des adolescents.

5.jpg

3- Pour rester dans le registre de l’audiovisuel, je vais également vous parler du film que je suis allé voir au cinéma Mardi dernier. Ça a été un véritable coup de coeur dans un style complètement différent. En effet il s’agit de Green Book : Sur les routes du sud, film de 2h10 pour lequel je n’ai pourtant pas vu le temps passer!!

Celui-ci retrace l’histoire d’amitié qui a débuté en 1962 entre Don Shirley et Tony Lip à l’occasion d’une tournée dans le sud très conservateur des Etats-Unis.

Le Dr Donald Shirley était un pianiste et compositeur prodige à la carrière et au talent exceptionnel. Cet amoureux de la musique classique a été pourtant découragé par le manque d’opportunités pour les musiciens noirs classiques, il continua pourtant d’y rendre hommage durant sa carrière en expérimentant le jazz avec une influence classique.

Ce film met donc en scène une tournée de Don Shirley de 2mois en pleine période de ségrégation raciale, le but étant de faire évoluer les mentalités grâce à son talent, sa distinction et sa culture, lors d’évènements majeurs auprès de riches Mélomanes du Sud des Etats-Unis.

A cette occasion, il a engagé comme chauffeur et garde du corps un certain Tony Lip, qui lui est en tout point opposé, puisque c’est un blanc raciste, à la limite de l’illettrisme, gagnant sa vie de ses petites magouilles tout en étant videur d’une boîte de nuit du Bronx.

Ce qui est forcément un peu attendu dans le film, c’est que malgré les tensions initiales entre les deux hommes que tout oppose, ils deviennent peu à peu de véritables amis. Et c’est en gagnant chacun un peu plus la confiance de l’autre qu’ils finissent par approcher peu à peu l’univers pourtant si différent de l’autre. Cet apprentissage se révèle alors être un possible soulagement pour chacun d’entre eux.

Quand Tony Lip souffre d’une étroitesse d’esprit telle qu’il s’exprime plus facilement avec les poings qu’avec la parole, il finit par renoncer peu à peu à l’impulsivité au contact du flegme quasi sans failles du Docteur.

De son côté Don Shirley est un être d’une exception telle qu’il est ravagé par un sentiment de solitude extrême « trop noir pour être blanc, et trop blanc pour être noir », il arrive finalement à lâcher peu à peu prise et à briser les propres limites qu’il s’impose.

Le racisme est naturellement l’un des thèmes principaux traités dans ce film, nous montrant la terrible réalité de la situation telle qu’elle était (il y a pourtant si peu de temps aux Etats-Unis). Il est je pense impossible de sortir indemne de la séance, même en connaissant certaines des horreurs liées à la ségrégation.

Pour ma part j’ai découvert l’existence du Green Book, sorte de guide Michelin à destination des noirs pour trouver des établissements ne refusant pas de les servir… idée que je trouve tellement dérangeante et injuste…

Et pourtant j’ai aimé ce film, sa fraîcheur, sa musique et ses enjeux. Croyez-moi vous allez sûrement rire, avoir le sourire aux lèvres et même parfois avoir les yeux humides.

De quoi vous donner des nouvelles idées pour la semaine prochaine !

4 commentaires sur « Mes 3 plaisirs de la semaine #11 »

  1. Merci de nous faire partager cette envie de Feel Good dans cette grisaille hivernale. Aujourd’hui c’est idéal pour mettre en pratique l’idée…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s