P41834302.jpg

Ce mois-ci mon coup de coeur a été pour Le Journal d’Anne Franck.

Alors oui ce choix de lecture peut paraitre un peu violent et frontal, mais j’ai réellement été séduite par la subtilité de ce roman graphique paru aux éditons « Calmann Levy ».

Cette adaptation est signée par deux grands artistes : Ari Folman scénariste, et David Polonsky illustrateur, dont on connait déjà leur précédente collaboration qui avait donné lieu au poignant Valse avec Bachir. Difficile de ne pas les percevoir alors comme des habitués des sujets assez durs. Encore une fois j’ai su apprécié leur capacité à mettre en scène de façon particulièrement juste les conditions de vie en temps de guerre.

Je n’avais jusqu’alors jamais lu ce journal en entier, ma perception en était donc que très partielle, et alimentée des bribes de souvenirs que j’en avais de mes cours de français ou d’histoire.

Alors forcément j’ai trouvé cela bouleversant de se replonger dans les souvenirs d’Anne, surtout en connaissant la finalité de son histoire. Cependant je pense avoir été avant tout saisie de constater le caractère universel et finalement plutôt banal des interrogations de la jeune fille, et ceux malgré le contexte si particulier.

On peut s’identifier à tellement de problèmes par lesquels nous avons pu passés, comme ceux des rapports familiaux, amicaux ou même encore les premiers émois amoureux. C’est aussi une certaine confrontation à son propre rapport à l’enfance, et l’on est saisie par la modernité de certains questionnements comme la révoltante différence entre l’éducation des filles et celle des garçons, le traitement de la dépression ou encore les questionnement sur sa propre sexualité et ses préférences d’orientation.

Et finalement au delà de l’impertinence, de la rivalité entre soeurs, et des épreuves de caractère, on se retrouve au bout du compte aussi confronté au questionnement ultime et bien plus grave des absurdités de la guerre.

J’ai beaucoup aimé pouvoir m’infiltrer dans les conditions de vie réelles, et cela a totalement changé ma représentation de l’espace et du contexte. J’avoue avoir fait une projection complètement différente de la réalité des faits depuis le jour où j’ai entendu cette histoire pour la première fois. J’étais ainsi persuadée qu’ils vivaient tous dans un grenier sombre exigu et lugubre, alors qu’en réalité c’est bien une maison entière en parallèle qui était occupée. Je suis ravie de constater qu’un travail de documentation important a du être effectué pour éviter anachronisme ou autres possibles sur-interprétations.

Je dois l’admettre, j’ai surtout eu (une fois n’est pas coutume) le coup de coeur pour le chouette coup de crayon qui correspond tout à fait à ce que j’aime en matière de graphisme.

Je trouve que les personnages sont paradoxalement plein de vie, très expressifs et forts des petits travers qui font d’eux des humains réalistes. Pour ne rien gâcher, je trouve que les traits sont fidèles aux portraits des personnes existantes, et c’est extraordinaire de pouvoir ainsi donner vie aux photographies de nos livres d’histoire.

Pour être plus spécifique j’ai aussi trouvé qu’il y avait une très bonne maîtrise du sujet du huit-clos. Il y a aussi des astucieuses coupures qui sont vraiment complémentaires, avec des pages plus aériennes qui correspondent aux échappées de l’esprit et autres rêveries (ou cauchemars). Ce contraste équilibre plutôt subtilement le récit.

Le format journal a d’ailleurs été conservé pour maintenir une narration fidèle et cela fonctionne assez bien. Cela nous permet ainsi de ressentir l’évolution progressive dans le roman qui nous laisse entrevoir de plus en plus les constructions oniriques de son imaginaire, et un réel talent littéraire qui se développe. Les auteurs ont d’ailleurs pris parti d’intégrer in extenso des pages entières de texte.

Certes il y a des prises de libertés relatives à la conception d’un roman graphique, mais l’on perçoit également un grand respect des auteurs, qui ont fait en sorte de rester fidèles à la mémoire d’Anne Franck.

C’est en résumé un petit bijou d’intimité que je vous recommande chaleureusement.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Un commentaire sur « Mon Livre du mois #3 »

  1. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte. blog très intéressant. Je reviendrai. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s